santé et savoir sonore

Carnets-divers-0584

« Il était une fois un vieux fleuve perdu dans les sables du désert. Il était descendu d’une haute montagne qui se confondait maintenant avec le bleu du ciel. Il se souvenait avoir traversé des forêts, des plaines, des villes, vivace, bondissant, puis large, fier et noble.

Quel mauvais sort l’avait conduit à s’enliser parmi ces dunes basses où n’était plus aucun chemin ? Où aller désormais, et comment franchir ces espaces brûlés qui semblaient infinis ?Il l’ignorait et se désespérait. Or, comme il perdait courage à s’efforcer en vain, lui vint des sables une voix qui lui dit :
—Le vent traverse le désert. Le fleuve peut en faire autant.
Il répondit qu’il ne savait voler, comme faisait le vent.
—Fait donc confiance aux brises, aux grands souffles qui vont, dit encore la voix. Laisse-toi absorber et emporter au loin.

Faire confiance à l’air hasardeux, impalpable ? Il ne pouvait accepter cela. Il répondit qu’il était un terrien, qu’il avait toujours poussé ses cascades, ses vagues, ses courants dans le monde solide, que c’était là sa vie, et qu’il lui était inconcevable de ne plus suivre sa route vers des horizons sans cesse renouvelés.

Alors la voix lui dit (ce n’était qu’un murmure) :
—La vie est faite de métamorphoses. Le vent t‘emportera au-delà du désert, il te laissera retomber en pluie, et tu redeviendras rivière.

Il eut peur tout à coup. Il cria :
—Mais moi je veux rester le fleuve que je suis !
—Tu ne peux, dit la voix des sables. Et si tu parles ainsi, c’est que tu ignores ta véritable nature. Le fleuve que tu es n’est qu’un corps passager. Sache que ton être impérissable fut déjà maintes fois emporté par le vent, vécut dans les nuages et retrouvera la Terre pour à nouveau courir, ruisseler, gambader.

Le fleuve resta silencieux. Et comme il se taisait un souvenir lui vint, semblable à un parfum à peine perceptible. « Ce n’est peut-être rien qu’un rêve », pensa-t-il. Son cœur lui dit : « Et si ce rêve était ton seul chemin de vie, désormais ? »

Le fleuve se fit brume à la tombée du jour. Craintif, il accueillit le vent, qui l’emporta. Et soudain familier du ciel où planaient des oiseaux il se laissa mener jusqu’au sommet d’un mont.

Loin au-dessous de lui les sables murmuraient :
—Il va pleuvoir là-bas où pousse l’herbe tendre. Un nouveau ruisseau va naître. Nous savons cela. Nous savons tout des mille visages de la vie, nous qui sommes partout semblables.
La voix sans cesse parle. Comme la mémoire du monde, le conte des sables est infini. «

Conte perse

 

 

Selima Al khalaf musicienne et  chanteuse de formation classique, fonde « L’entreprise enchantée » en 2013.

Une méthode originale  basé sur la  technique vocale énergétique et corporelle inspiré  des  différents styles de musique ( classique, Jazz, Gospel et  chants du monde).

Après une formation a  l école Nationale du Cirque et le CNSMDP  puis au CIP elle  associé aujourd’hui  ces pratiques en créant sa propre  méthode  basè sur le chant et

la thérapie musicale pour une « santé sonore ».

  Des outils de  libération  du corps et de la voix dans  un accord parfait.

L’objectif essentiel  de l’entreprise enchantée est d aider chacun à trouver sa voie d’expression personnelle pour libérer sa créativité  en séance individuelle ou en

atelier de  formations  en fonction des besoin de chaque participant .

Une  pédagogie créative pour une  harmonisation énergétique  car c’est par le son que nous nous unissons.

Selima Al khalaf est expert APM  et exerce au Centre de danse du Marais à Paris  au sein d’une équipe dynamique .

 

echo

 

Vous êtes atteint d’une extinction de voix. Autrement dit vous êtes aphone, aphasique.

Votre voix est atone. Et sincèrement c’est emm……

Heureusement pour vous j’ai une recette de grand-mère qui devrait vous sauver

la vie pour la présentation orale que vous devez réaliser demain.

 

Vous n’auriez pas du sortir, parler aussi fort qu’un portugais et chanter comme la Castafiore. Cette soirée était vraiment sympa, mais ce matin vous voilà sans voix et la question est, comment faire pour retrouver sa voix rapidement ? Car oui, la présentation de demain vous ne pouvez pas la rater, il en va de votre avenir.

 

Alors déjà pas de panique, on respire, car j’ai la solution, l’Astuce ! Et on peut dire qu’elle est simple, enfin si vous avez à disposition un citron.

 

En effet, ma recette de grand-mère consiste simplement à faire chauffer un citron, le mieux est de le faire à la vapeur, mais vous pouvez aussi le faire dans de l’eau bouillante. Puis de laisser rapidement refroidir le citron à l’air libre pour en extraire un jus tiède avec lequel vous allez faire des gargarismes. N’hésitez pas à reproduire l’opération plusieurs fois dans la journée (7 fois maximum). Une bonne nuit et vous aurez retrouvé votre voix !

 

 

En matière de politique, la voix est un outil indispensable à qui souhaite toucher son électorat.
  Voix et discours politique

Comment définiriez-vous l’importance de la voix dans un discours politique ?

C’est par la voix de l’orateur que les électeur ou les sympathisants ont envie ou pas d’accrocher au discours. Sinon il leur suffirait de rester chez eux et de lire le programme.

On attend de l’homme politique qu’il nous donne envie ou qu’il fasse passer le frisson du rêve ou de l’épopée. Il incarne l’idée de l’avenir. Sa voix nous aide à y croire ou à comprendre. Sa voix nous éclaire. Pour cela il faut qu’elle soit « soit carrée ».
C’est par la voix et la présence de l’orateur que les mots deviennent une action collective. La voix a valeur d’entrainement. Et ce depuis que le monde est monde. La voix est pouvoir.

Certains politiques s’expriment en parlant très fort d’autres au contraire paraissent plutôt calme. Il y a t-il un ton de voix idéal pour un politique ?

L’idéal pour un homme politique ou pour quelqu’un qui parle en public, c’est d’être centré. Ca veut dire parler posément avec une respiration tranquille et ample. Pour ne pas s’essouffler ou pousser la voix par manque de réserves.

On entend ces différences dans les voix de Hollande qui pousse alors que Mélenchon ou Sarkozy restent centrés et forts, même quand ils donnent de la voix.
Ensuite bien sûr il s’agit d’avoir la voix de son caractère.
Certains sont plus lyriques ou exaltés que d’autres. Certains plus neutres ou retenus. IL ne s’agit pas de forcer sa nature mais d’utiliser les bonnes forces pour être bien compris et faire passer ses idées. Les faire vivre !

Meeting ou débat télévisé, comment adopter la bonne voix ?

Il faut adapter sa parole au lieu, aux personnes, aux circonstances.

La voix peut être alors considérée comme un instrument ou un outil. Entre une voix en live et une voix au micro, entre une voix au micro de radio et une voix au micro en meeting, ou encore entre une voix pour un média et une voix en public c’est complètement différent.

On arrive à des considérations plus techniques. Quel type de salle ? Quelle sonorisation ? Quelle acoustique ? Etc. A chaque fois il s’agit d’adapter son débit, sa puissance, sa diction, ses effets, ses silences… Ce que fait très bien Jean-Luc Mélenchon.

Chaque situation amène à des comportements différents.

La voix d’un politique peut-elle révéler certains traits cachés de sa personnalité ? Qu’est-ce qui peut le trahir ?

Bien sûr ! Actuellement je fais une chronique un vendredi sur deux pour la radio France culture où l’on me soumet un extrait sonore d’environ 30 secondes de la voix d’une personnalité politique. Eh bien je vous assure que je peux vous dire beaucoup de choses sur cette personne au moment où elle s’est exprimée. Car la voix garde l’empreinte de notre humeur et de notre vérité du moment.

 

Bien sûr il faut prêter attention. Comme, lorsqu’on écoute de la musique. On entend tout d’abord la mélodie au dessus. Puis une deuxième voix ou des cuivres, puis des trompettes ou des violons, petit à petit on va entendre que le son a une épaisseur, et pour la voix c’est pareil.

 

Quand quelqu’un s’exprime on peut entendre des petites hésitations, un accent ou quelque chose qui relève de l’indifférence, de l’énervement ou du doute. Des indices qui sont notamment utilisés dans le décryptage d’enquête par la police où la voix est utilisée comme moyen d’identification. Comme une empreinte.

Quel candidat maîtrise aujourd’hui le mieux sa voix ?

Aujourd’hui, je dirais que les candidats qui maitrisent le mieux leur voix sont Nicolas Sarkozy et Jean-Luc Mélenchon, mais chacun pour des raisons différentes.

 

Nicolas Sarkozy, c’est un peu le chanteur de charme, il se connaît et la joue souvent sentimental. Il sait prendre une voix assez grave et posée, une voix qui se veut rassurante, assez paternel et tranquille. Une voix de « capitaine ».

 

Quant à Jean-Luc Mélenchon, c’est un jongleur de mots. Un véritable orateur. Il amène beaucoup de sensualité, de jeu, il mord dans les mots et sais faire bouger la langue. Et quand il s’emporte c’est sans méchanceté, contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent.

 

J’aime beaucoup ces analyses de ce lien « invisible » qui nous lie tous et surtout qui envoie, sans que l’on s’en aperçoive, de l’information à notre interlocuteur. Avoir conscience du sujet est déjà un grand pas vers une meilleure communication.

 

« La voix est pouvoir » comme Anne je vais méditer cette phrase.
J’ai noté quelques idées très intéressantes :. La voix est pouvoir.. On entend ces différences dans les voix de Hollande qui pousse alors que Mélenchon ou Sarkozy restent centrés et forts, même quand ils donnent de la voix.. Ensuite bien sûr il s’agit d’avoir la voix de son caractère.. la voix garde l’empreinte de notre humeur et de notre vérité du moment.. Aujourd’hui, je dirais que les candidats qui maitrisent le mieux leur voix sont Nicolas Sarkozy et Jean-Luc Mélenchon, mais chacun pour des raisons différentes ..

 

En tout cas, ce n’est pas la voix (la voie) de la sagesse.
Merci pour cet article, qui me laisse, pour ma part, sans voix.
Comme le disait Coluche « quand on voit ce qu’on voit, et qu’on entend ce qu’on entend, on a raison de penser ce qu’on pense ! »
En tout cas ils savant bien jouer avec les « maux » de notre société.

 

excellent article, je n’avais pas imaginé que l’on pouvait avec la voix dévoilé une partie d’une personne

« Poser sa voix. Apprendre à bien dire pour être mieux écouté. »

Je dis souvent que la voix se pose comme le corps se pose. C’est à dire que la voix est un geste invisible mais c’est un geste. Et pour qu’un geste soit performant il doit avoir un appui. Donc poser sa voix correspond à l’idée qu’il faut déjà se poser pour pouvoir rebondir ou pour avoir une bonne expression.

Pour beaucoup de gens il s’agit concrètement d’acquérir les bases d’une respiration posée et d’une bonne diction.

 

Pouvez-vous définir ce qu’on appelle : la diction, l’intonation et le phrasé ?

La diction, c’est la meilleure manière de parler aux gens de manière à être entendu et compris facilement. Sans se fatiguer, à l’économie donc en plaçant bien les sons au bon endroit.

Une bonne diction donne une impression de confort à celui qui m’écoute. Qui n’est pas obligé de tendre l’oreille pour me comprendre. C’est une politesse.

 

L’intonation c’est le ton que je vais donner selon mon humeur ou mes sentiments. Donc elle peut varier si je suis content, triste, grave ou si j’ai simplement envie d’avoir de la pêche.

 

Le phrasé, c’est la notion de rythme et de variations. Avec des poses. Des respirations. Des accents. Le contraire de la monotonie. Le phrasé c’est une manière de donner de la pêche et de l’énergie à sa parole.

La voix révèle-t-elle beaucoup de choses sur une personne ?

Je dis souvent que la voix c’est notre corps invisible. On en revient à la notion d’image, on est habitué à se voir tous les jours dans le miroir, mais on ne sait rien de notre voix. On ne veut pas ou on ne peut pas l’entendre.

 

Pourtant notre voix nous défini plus qu’on ne l’imagine. On entend le timide, la personne pas sûre d’elle ou gênée ou au contraire la personne confiante, « autorisée ».

Par exemple, lors d’un entretien d’embauche si 3 postulants sur les 4 ne sont pas sûrs d’eux, hésitent… le recruteur va l’entendre. Et si le 4ème est bien dans sa peau alors même qu’il a dit la même chose que les 3 autres c’est lui qu’on choisira !

En tant que coach vocal et consultant à quel public vous adressez-vous ?

Je m’adresse à peu près à tout le monde aujourd’hui. Au début de ma carrière, j’ai commencé par faire travailler des comédiens et des chanteurs, étant moi-même chanteur dans le passé, puis les animateurs et journalistes de radio France. Et finalement je me suis dit qu’il y a tellement de gens qui utilisent leur voix que je me suis également tourné vers les conférenciers, qui m’ont amené vers les responsables, les dirigeants et les cadres.

Donc aujourd’hui je fais aussi bien travailler l’étudiant qui prépare un oral que le postulant à une fonction qui doit passer devant un recruteur ou encore les dirigeants politiques par rapport à une élection ou simplement pour les aider à être efficace dans leur discours.

Finalement j’interviens auprès de tout ce qui relève de la communication.

 

Dire ce qu’on pense ? Quelle drôle d’idée !

Je me souviens encore de cet exercice en classe de français, où la professeure nous avait demandé de réfléchir à la question suivante : faut-il toujours dire la vérité ? Lors de la correction, j’avais été surprise de constater que la réponse attendue était « non, pas toujours ».

Depuis, j’ai fait un peu de chemin, même si je reste convaincue que toute vérité est bonne à dire : aligner le cœur, l’esprit et le corps dans ce qui nous paraît juste et vrai me paraît indispensable pour cultiver le bonheur. En revanche, j’ai compris en grandissant qu’il faut aussi savoir choisir le bon moment pour faire une annonce et prêter une attention toute empathique à l’oreille qui va la recevoir. J’ai aussi appris que plusieurs vérités, en apparence contradictoires, peuvent co-exister : c’est toute la richesse du monde qui s’exprime.

« Marche ta parole » disent les amérindiens !

La fugacidad de lo eterno |
lefumier |
dj sisco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JukeBlog
| les sweety-cute , jess &laura
| ժﻨรε...